SOS STAGIAIRES

SERAS-TU NOTRE FUTUR(E) STAGIAIRE ?

En quoi ce stage consiste-t-il ?

Pour l’aider dans ses écuries, Eva est toujours à la recherche de nouvelles, ou nouveaux, stagiaires ! En échange de ses leçons d’équitation et de l’hébergement, les stagiaires devront lui donner un petit coup de pouce dans les écuries. Box, nourriture, soins, longe et bien d’autres services peuvent lui être rendus… Si cet échange t’intéresse et que l’idée d’intégrer la vie d’une joyeuse famille pendant une ou plusieurs semaines ne te fait pas peur, n’hésite pas à contacter Eva via ce formulaire pour en discuter avec elle. 

Un peu d'expérience, tu dois avoir.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un véritable concours d’entrée, Eva cherche des personnes ayant une expérience certaine avec les chevaux pour que ces dernières puissent également lui apporter quelque chose. Le but n’est pas qu’elle se rajoute du travail, tu t’en doutes ! Aussi, indiquer tes années d’expérience, tes formations éventuelles, ou tout ce qui est en rapport avec les chevaux est une excellente idée  !

 

LE PETIT MOT D'EVA

Dans le cadre de la gestion quotidienne de notre écurie « Quinta Cavaluz« , je cherche régulièrement des stagiaires si possible expérimentés, et capables d’autonomie, tant dans le travail et la manipulation des chevaux, que dans l’entretien des écuries et du matériel.
 
Si tu te sens concerné, et que cette idée te plaît, contacte-moi et envoie-moi une ou plusieurs vidéos de toi à cheval.  Nous en parlerons et verrons ce que nous pourrons faire ensemble.
 
En gros, il s’agit de sortir et rentrer les chevaux chaque jour, de les nourrir, de distribuer l’eau et le foin.  Il faudra aussi faire les box (sur sciure, donc plus rapide), préparer les chevaux avant le travail (brosser, seller, etc.) et suivant ton niveau, les travailler avec moi ou même de façon autonome (longe, travail à pied, en liberté et/ou montés). Les chevaux ne travaillent ni samedi ni dimanche.  Bien sûr, ces deux  jours-là, les chevaux sont également sortis et nourris, mais le dimanche pas de box à faire !
 
En échange de ton aide, je te propose l’hébergement (chambre ou tente Lodge selon disponibilités), le tout dans notre maison familiale. Une participation forfaitaire de 30 € est demandée par semaine pour ce qui est de la nourriture. De plus, tu auras au moins deux leçons individuelles par semaine.  En outre, tu pourras profiter, évidemment, de bon nombre de conseils et d’explications lorsque tu travailleras certains chevaux avec moi.
 
Je recherche des personnes désireuses de développer ce projet avec nous… toutes les idées, initiatives ou nouvelles formes de communication, préalablement discutées ensemble, seront donc les bienvenues !
Eva

D’autres ont déjà franchi le pas :

Sharleen

« J’ai effectué un stage de deux mois au total auprès d’Eva au Portugal afin de découvrir cette merveilleuse discipline : l’Art équestre. J’ai aussi pu vraiment découvrir le travail des chevaux Ibériques, qui, croyez moi ont un « mode d’emploi » pour eux tout seuls. Je pourrais vous vanter des lignes entières, tout l’enseignement dont vous pourrez tirer d’Eva, qui a tout hérité de son enseignemente Sue Oliveira, mais bien trop modeste pour le reconnaître 😊 sa pédagogie et sa volonté de composer avec respect avec chevaux et cavaliers est impressionnante, j’ai tellement appris à ses côtés et je compte les jours pour m’y rendre à nouveau. Si vous souhaitez apprendre l’équitation de légèreté et bien sautez dans le prochain avion car vous y trouverez des chevaux d’école et une enseignante de qualité ! J’admire la cavalière, mais surtout la personne extrêmement généreuse et courageuse qu’est Eva !
Je souhaite adresser un immense MERCI à toute la famille DABLON qui m’a si bien reçue, vous êtes une famille en or et je suis honorée de vous connaître, ne changez rien ! ❤ Enfin n’hésitez pas à contacter Eva et Michel, ils sont à la recherche de nouveaux stagiaires, poste à pourvoir immédiatement ! Et croyez moi vous y trouverez votre compte ! Il s’agit d’un échange de services dans un cadre idyllique ! »

Léonie

« Je pensais tout savoir, mais finalement, je ne savais que peu ». Voici le sentiment que m’a partagé Eva en me contant sa rencontre avec Sue Oliveira, la belle-fille de Nuno Oliveira, avec qui elle aura travaillé pendant 10 ans. Aujourd’hui, je m’approprie ses paroles. Après deux semaines passées aux côtés d’Eva et de ses fabuleux chevaux, aux lueurs de la péninsule ibérique, c’est à mon tour de me sentir toute petite dans le monde de l’Art Équestre et de l’exigence qu’il demande. Nuno disait que chaque cheval est le début d’une nouvelle œuvre d’art. C’est ce qui fait que les chemins équestres sont une quête infinie de perfection, toujours renouvelée et remise en cause, parfois frôlée mais rarement achevée. Depuis des années je cherche ce « quelque chose » qui manque à mon équitation. (…) Persuadée que la complicité que je peux avoir avec eux à pied s’est retranscrite à cheval, je cherchais UNE équitation qui englobe douceur, respect, décontraction, légèreté et de qualité pour espérer atteindre la haute-école. Cette dernière, souvent synonyme d’élévation, de grâce et de beauté aux yeux de certains, m’est parfois apparue comme stricte, contraignante et oppressante dans les yeux des chevaux. Alors est-il possible d’allier performance et douceur, pour ainsi voir la vraie beauté du geste ? Bien sûr. Un cheval ne peut être léger que s’il est décontracté. (…) Ce que m’a appris Eva pendant ce séjour m’a demandé de laisser de côté des habitudes et des réflexes douteux, alimentés par le fait que je monte souvent seule. Moins de mains, plus de jambes. Un dialogue subtile pour de réelles sensations… Sentir le cheval libre, qui n’est pas coincé devant et qui se porte par sa propre impulsion, derrière. C’est la base, mais on triche souvent, et les chevaux en pâtissent. Ce dos qui monte, je l’ai heureusement déjà senti avec mes juments. Je me dis que même si nous avons parfois traversé des phases difficiles, nous n’avons pas toujours été hors-ligne. Mais je manquais d’une vision sur le long terme et de précision, débourrer et dresser un jeune cheval oui, mais dans le bon sens, sans stagner par la suite. J’ai donc pu travailler avec un cheval de 7 ans, qui débute dans le travail et des chevaux finement dressés à la haute-école pour sentir l’évolution et avoir des clés en main. À la longe, en main ou en selle, des déplacements latéraux jusqu’au piaffer, merci Eva de m’avoir dévoilé tout ton art dans la justesse, la sérénité et la précision. Je sais désormais que cette équitation tant recherchée est possible, et je compte bien y rester. (Eva recherche des stagiaires pour lui donner un petit coup de main avec des cours en contre-partie, vous pouvez vous renseigner auprès d’elle) ».